Le jour de ma mort: Agonie en sous-sol à Dunkerque (Polars en Nord t. 228) par Ludovic Bertin

May 25, 2019

Le jour de ma mort: Agonie en sous-sol à Dunkerque (Polars en Nord t. 228) par Ludovic Bertin

Titre de livre: Le jour de ma mort: Agonie en sous-sol à Dunkerque (Polars en Nord t. 228)

Auteur: Ludovic Bertin

Date de sortie: July 17, 2017

Broché: 224 pages

Éditeur: Éditions Ravet-Anceau

Le jour de ma mort: Agonie en sous-sol à Dunkerque (Polars en Nord t. 228) par Ludovic Bertin est disponible au téléchargement en format PDF et EPUB. Ici, vous pouvez accéder à des millions de livres. Tous les livres disponibles pour lire en ligne et télécharger sans avoir à payer plus.

Alors que la neige paralyse la région dunkerquoise, une affaire étonnante monopolise le capitaine Desrozeux et le lieutenant Cyran : un corps momifié découvert dans le sous-sol d’une villa malouine, sans doute là depuis une dizaine d’années. Ce sont les locataires des étages supérieurs qui, alertés par une odeur de gaz, ont prévenu les pompiers. Le « Desséché », comme le surnomme la police, semble être Louis Verbrugghe, le propriétaire. Autre fait surprenant, le tuyau de gaz a été volontairement saboté. Quelqu’un a voulu avertir les autorités de la présence du corps. Mais qui ? Et pour quelle raison ? Pour Cyran, l’enquête se corse lorsque l’attirante journaliste Pétronille Vanbleu s’en mêle. Difficile alors de rester concentré. Pourtant, un mort l’attend.

EXTRAIT

J’avais préparé cette journée comme j’aurais préparé n’importe quel voyage. Un peu mieux quand même ; avec plus de méticulosité en tout cas.
Arrivé devant la villa de la rue Bir-Hakeim, je pensais à cette vie qui s’arrêterait bientôt.
Bah, après tout, qu’est-ce que la mort pour un athée comme moi ? L’arrêt définitif des processus organiques, rien de plus. On appuie sur le bouton off, et tout est terminé.
Et comme ce terme de la vie peut être décidé, planifié, élaboré avec soin, la mort n’est pas nécessairement une épreuve pour celui qui la subit.
On dit souvent qu’elle en est une pour ceux qui restent : voilà qui présuppose l’existence de quelqu’un pour pleurer le défunt. Ce qui n’est pas toujours le cas, loin s’en faut.
Je me penchai pour distinguer, sur le clapet de la boîte aux lettres, ce nom frappé sur un rouleau d’étiqueteuse Dymo : « Louis Verbrugghe ».
Quinze lettres affichées en majuscules bancales.
Celles d’un nom qui m’appartient.
Plus pour longtemps.

À PROPOS DE L'AUTEUR

Ludovic Bertin est né à Dunkerque, où il vit et enseigne. Féru de cinéma et de littérature policière, il dévore les polars par dizaines. Sa passion pour l’œuvre de Frédéric Dard le conduit à collaborer à la revue Le Monde de San-Antonio. Profondément attaché à la cité de Jean Bart, à son histoire et à ses traditions, il préside depuis 1999 l’association philanthropique et carnavalesque Les Kieken Reusche. Venu à l’écriture, c’est donc naturellement qu’il se tourne vers le genre policier et choisit Dunkerque pour décor de ses romans.